mardi 1 juillet 2014

Maeve Regan #5 - Sur les dents





 GENRE : Urban Fantasy
ÉDITION : Milady
COLLECTION : Bit-Lit
NOMBRES DE PAGES : 476
PARUTION DE L’ÉDITION : 23 mai 2014
LANGUE D'ORIGINE : Français




CHRONIQUES PRÉCÉDENTES
   
http://skoldasybooks.blogspot.fr/2014/06/maeve-regan-1-rage-de-dents.html  http://skoldasybooks.blogspot.fr/2014/06/maeve-regan-2-dent-pour-dent.html  http://skoldasybooks.blogspot.fr/2014/06/maeve-regan-3-la-dent-longue.html         
 
 
 
 
 

 


" Je vous avez déjà dit que, avant, ma vie était simple et que je n'avais aucun problème qu'un barman puisse m'aider à résoudre ? Eh bien, ça fait longtemps que je n'en ai pas vu, de barman. Je croyais vraiment avoir chassé le mal ultime de ma vie une bonne fois pour toute et mériter des vacances que je comptais prendre. Mais non. Heureusement, j'ai une courte longueur d'avance dont je compte bien tirer parti. Car il est hors de question que je reste une proie facile. Cette fois, je serai le chasseur. Cette fois, je serai l'illusion."

 
 

 


Et voilà, une aventure qui se termine… Je suis triste de dire au revoir à Maeve qui nous a accompagnés pendant 2 ans. « Sur les dents » finit donc en apothéose que ce soit sur l’émotion, le suspens et l’humour à la Marika Gallman ! On commence d’ailleurs ce tome dans la recherche de la vérité, qui est réellement le traître ? Quand toutes les pièces du puzzle sont en place, on voit tout de suite plus claire. Victor est vraiment un excellent méchant. Quand le nom du traître a été révélé, j’avoue avoir été abasourdi ! Surtout que j’aimais bien ce personnage atypique et qui était un peu décalé par rapport au reste du groupe. Finalement, quand j’écris cela on aurait dû le deviner tout de suite. Pour une fois, Maeve a tout prévu de A à Z, si bien que même Victor a pu être piégé ! Mais comme ce n’est pas un « méchant » comme tout le monde, il y échappe et lance des ultimatums à sa chère petite fille. Trois jours avant la bataille finale, un choix que Maeve doit prendre pour épargner à ses proches de souffrir.

Je vais parler un peu plus de Victor, (oui j’avoue, j’ai un faible pour les méchants, ils ont tellement de subtilité dans leur caractère que ce sont les plus intéressants). Dans ce personnage, on remarque beaucoup de similitude avec Maeve sur l’humour. Même si le père jongle pas mal avec la folie, par exemple dans le chapitre 25, où M.Victor discute avec "Raoul" son sceptre. Oui oui, le pire c’est que même si sa blague ne faire rire que lui, il continue. Comme quoi la folie n’est pas très loin… Il est intéressant de voir également qu’il ne peut jamais rester seul. Il a toujours besoin d’avoir quelqu’un auprès de lui, même si c’est pour le torturer et s’amuser avec son « sujet ». Sa faiblesse n’est autre que son égocentrisme, jusqu’au bout il n’en démord pas. Peu importe la situation, il est persuadé qu’il reste maître de la situation et pense toujours s’en sortir, quelqu’un va le détromper sur le sujet.
J’en viens à Connor qui a également une plus grande place dans ce tome. Ce personnage passe par tellement de stade, qu’on est obligé de s’attacher encore un peu plus à lui. Tout d’abord, un imbécile (parole de Victor & Maeve), d’un lâche, d’un homme qui cherche sa rédemption, puis fini en héros. Même si on sait dès le début ce qu’il adviendra de lui, je n’ai pas pu m’empêcher d’être triste pour lui. Ce personnage qui n’a jamais reçu d’amour de quiconque, mais il a droit à une seconde chance avec l’aide de sa sœur.


J’en viens maintenant à la partie la plus triste de l’histoire, la mort d’un des personnages principaux. Je me permets de faire une citation du texte, car ce passage m’a vraiment marqué (sans divulguer de nom cela va de soi) : 


« Ma vision s'embua à nouveau. Cadavre. Ce mot était si laid, si barbare. Il était ignoble, ingrat, répugnant. Comme la mort. Pourtant, c'était ce qu'il était devenu. Tandis que je m'allongeai lentement le long du cercle de runes pour lui faire face, je réalisai que ce n'était que la deuxième fois que je me retrouvais confrontée à l'un d'entre eux. Un sac de chair et d'os qui avait contenu un être humain. Un téléviseur sans son figé sur une image terne. Je n'avais jamais connu ma mère ni ma grand-mère. J'étais tombée dans le coma sitôt après le décès de Walter. Tous les vampires que j'avais tués s'étaient transformés en poussière. Je n'avais jamais veillé personne. Je n'avais jamais fait le deuil de quiconque. Lorsque Tara était morte, j'avais fui. Je ne pouvais plus fuir nulle part à présent. »

Je n’ai pas pu m’empêche d’avoir une petite larme à l’œil, même s'il m’a fallu plusieurs pages pour vraiment me faire à l’idée que ce personnage ne serait plus là… Je pense que c’est l’un des passages les plus marquants !
J’en viens donc à Maeve elle-même. Dans ce tome, elle morfle tellement, qu’on se demande comment elle fait pour tenir encore debout. Elle est plus forte et utilise son trait d’humour pour garder la tête froide. Même si elle fait face à des deuils, elle garde l’objectif premier en tête : « Sauver tout le monde » et cela en dépit de sa propre vie. Elle devient tellement mature qu’enfin, elle arrive à faire le point dans ses propres sentiments envers les deux vampires. (J’approuve le choix de l’auteure même si pour d’autre cela doit être exaspérant). Pendant l’ultime combat par contre, je suis un peu déçue… Certes elle se doutait que ça serait plus compliqué que prévue mais au final (de mon point de vue), ce n’est pas elle, la véritable héroïne. On en revient alors à toute l’histoire dans son ensemble, où ce sont les autres qui font le plus gros du travail. Maeve se retrouve comme une diversion pour son père. Bien que la bataille en elle-même est vraiment épique, entre les Qalins, les fantômes, la folie de Victor, il y a de quoi nous tenir en haleine jusqu’au bout !
Un petit point qui m’a fortement déçue, c’est qu’il y a beaucoup trop de fautes d’orthographe. A tel point que parfois cela gâche la lecture, parfois ça passe… Mais quand c’est trop flagrant et que ça n’a pas de sens, il y a de quoi être déçue. Même si je sais qu’avec le peu de temps que l’auteure doit avoir pour rendre son texte à une date précise ne doit pas aider, cela reste dommage.

Pour conclure, ce fut une lecture très agréable et plein de suspens. Rien n’est jamais parfait, mais ce tome est l’un des meilleurs avec «  La dent longue ». Il y a tous les ingrédients pour plaire. Le rideau s’abaisse sur les aventures de Maeve Regan. J’ai apprécié, parfois je suis restée de marbre mais le plus important, l’histoire m’a beaucoup plu ! Le scénario était donc très bien trouvé, bien tissé et l’auteure savait dès le début où elle voulait en venir. Ce n’est pas comme certains qui partent dans tous les sens, Marika se tient à ce qu’elle avait prévu depuis le début. J’ai hâte de voir ce qu’elle nous réserve dans le futur. Bye Bye Maeve, tu nous manqueras.
 

 
 
 GLOBALE : 8 /10
ÉCRITURE : 6 /10
SCENARIO :  8 /10
PERSONNAGES : 8 /10
SUSPENS : 9 /10
HUMOUR : 9 /10
 
 
 
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire