samedi 16 août 2014

Anita Blake #17 - Jeux de fauves








GENRE : Urban Fantasy
ÉDITION : Milady
COLLECTION : Bit-Lit
NOMBRES DE PAGES : 735
DATE DE PUBLICATION : 27 septembre 2013
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
TRADUCTION : Isabelle Troin
TITRE ORIGINAL : Skin Trade










Laurell K. Hamilton est principalement l'auteur de deux séries de romans :Anita Blake, commencée en 1993, et Merry Gentry, commencée en 2000. L'une et l'autre séries se déroulent, à notre époque, aux États-Unis, dans un monde où la magie est monnaie courante et où l'existence des monstres est connue des humains. Les deux mondes se côtoient et ont ainsi de nombreux rapports et échanges tout en demeurant foncièrement étrangers l'un à l'autre.
Les deux séries sont assez proches par leurs thématiques en dépit de quelques différences. Dans la série Anita Blake, les créatures garous (loups, rats, panthères etc.) et les vampires essaient de s'intégrer à la société humaine et d'y exercer un travail malgré le climat de méfiance qui les environne. Dans la série Merry Gentry, les elfes (appelés sidhes) de lumière et les elfes ténébreux vivent séparés des hommes dont ils fuient la curiosité afin de conserver la pureté de leur race mourante dans le refuge de leur dernier territoire.
Parfois comparés à Buffy pour leur caractère batailleur, les personnages principaux de Laurell K. Hamilton s'en démarquent toutefois par quelques aspects plus sombres. Les deux séries baignent en effet dans une ambiance de sensualité et de fantastique où les rapports sado-masochistes sont la règle des relations entre les personnages. Cet aspect très particulier constitue certainement la grande originalité de l'œuvre de Laurell K. Hamilton.
Les douze premiers volumes de la série Anita Blake, et les deux premiers de Merry Gentry ont été pendant un temps publiés par Pocket, entre 2002 et 2004. Aujourd'hui, les éditions Bragelonne, spécialisées dans les genres de l'imaginaire, ont repris Anita Blake. Ils ont ainsi réédité les neuf premiers tomes chez Milady (label de Bragelonne). Les suivants, complètement inédits en français, sont édités au fur et à mesure, en grand format, chez Milady pour les tomes 10 à 12 puis chez Bragelonne à partir du tome 13. D'autre part, Merry Gentry est à présent traduit et publié par les éditions " J'ai lu ".


TITRE DE LA SAGA " ANITA BLAKE "
1. Plaisirs coupables
2. La Cadavre Rieur
3. Le Cirque de Damnés
4. Lunatic Café
5. Le Squelette Sanglant
6. Mortelle Séduction
7. Offrande Brulée
8. Lune Bleue
9. Papillon d'Obsidienne
10. Narcisse Enchaîné
11. Péchés Céruléens
12. Rêves d'Incubes
13. Micah
14. Danse Macabre
15. Arlequin
16. Sang Noir
17. Jeux de Fauves
18. Flirt
19. Coups de feu
20. Liste noire (à paraître )





 " C'est le cadeau répugnant d'un vampire tueur en série qui m'a incitée à m'intéresser à Las Vegas. Mais la situation est pire que je le pensais: plusieurs officiers de police et un exécuteur ont été assassinés. Epaulée par trois marshals, dont l'impitoyable Edward, je dois mener l'enquête. Heureusement qu'il est là pour couvrir mes arrières, car tout porte à croire que c'est un tigre-garou qui a fait le coup. Or, ces derniers sont très puissants dans la Cité du péché: je risque bien de prendre quelqu'un de haut placé à rebrousse-poil..."





Pour ceux qui ne connaissent pas encore « Anita Blake », cette héroïne au caractère bien trempée est l’une des grandes références dans le domaine de l'Urban Fantasy.
Dans « Plaisirs Coupables » on découvrait avec plaisir son univers, son quotidien et le caractère de cette femme blessée par son passé. Peut-être pour cela que la jeune femme s’amuse à courir après les monstres. En tant que Exécutrice, elle est celle qui doit éliminer les vampires renégats.
Au fil des tomes, elle s’entiche du vampire qu’elle a sauvé dans « Plaisirs coupables » face à Nikolaï, le maître de la ville de St Louis. Jean-Claude devient alors une part importante de sa vie, jusqu’au moment où elle croise le chemin de Richard. Un loup-garou vraiment séduisant, mais qui se trouve être également l’animal à appeler de Jean-Claude. Bref, jusqu’à « Papillon d’Obsidienne », les aventures de Anita sont toujours bourrés d’action, de romantisme. Mais dès « Narcisse Enchaîné », l’auteure n’a rien eu de mieux à faire que de la transformer en fille facile, alors qu’au début de ses aventures, elle était la plus conservatrice de toute. Ce changement brutal survient avec l’acquisition d’un pouvoir vampirique hérité de Jean-Claude, l’ardeur. Une chose incompréhensible, sachant que l’auteure a sorti ça de son chapeau en deux secondes, alors que ce pouvoir de Jean-Claude n’a jamais été mentionné dans les tomes précédents. Alors, petit à petit les tomes deviennent juste des histoires de sexes, avec pour Anita divers partenaires ! Je pense qu’on doit être à une quinzaine désormais…
Le fait que l’auteure à commencer à écrire des scènes SM se rapporte étrangement à l’arrivée de sa nouvelle série « Merry Gentry » qui a débuté son histoire directement avec le sexe. Laurell K.Hamilton a maintenant entièrement changé la personnalité de Anita Blake et c’est cela qui me déçoit de plus en plus au fil des tomes.
J’en viens donc à « Jeux de fauves », où j’espère toujours qu’Anita redevienne celle qu’elle était auparavant. Ici, ce n’est toujours pas le cas, mais il y a tout de même une amélioration.
Premièrement dans le scénario, Anita se voit contrainte à quitter Saint-Louis pour se rendre à la poursuite d’un tueur en série à Las Vegas. Elle doit alors laisser tout son harem où il se trouve, pour se consacrer pleinement à l’enquête en cours. On retrouve une coopération avec Edward, Olaf et Bernardo (vu précédemment dans « Papillon d’Obsidienne » quand ils étaient tous réunis). Dès le début, elle doit faire ses preuves au sein d’un milieu d’hommes. Quand au fil de l’histoire, il est très bien tenu et rempli de suspens. On ressent beaucoup les recherches que l’auteure a effectuées pour être en phase avec la réalité. Malgré le thème des vampires et autre, le milieu de la police et de la médico-légal est décrite avec une grande précision, sans en faire trop. C’est ce que j’ai le plus apprécié dans ce tome.
Deuxièmement, il y a tout un jeu de relation qui se trouve brusquement changé. Entre Edward et Anita, il se lie une nouvelle phase dans leur relation. On ressent que la « mort » éprouve désormais des sentiments aussi bien pour Anita, que pour sa propre famille. Il a aussi changé et tient à ses proches désormais, alors qu’au départ « tuer les méchants » était tout ce qu’il désirait. La seconde relation et bien plus qu’étrange, c’est Olaf qui espère avoir une relation amoureuse avec Anita. Sachant qu’il a pour habitude de tuer les femmes après des rapports sexuels, ce brusque changement a de quoi atterré, Anita.
Ensuite, des relations sexuelles viennent s’imbriquer forcément pendant l’enquête d’Anita, conséquence de l’ardeur. Premièrement, elle couche avec la Vérité Fatale (deux puissants guerriers de Jean-Claude), puis divers tigre-garou de Max (maître de la ville de Las Vegas) et pour finir devant le tueur en série lui-même ! Pour une qui pleure encore dans ce tome qu’elle en a marre, elle prend son pied à faire des choses qui la répugne et même sans contrainte. Cela devient n’importe quoi à ce niveau-ci, et à force de partir dans tous les sens, on se lasse vraiment. Surtout quand on voit comment elle élimine le grand méchant ! J’en suis restée abasourdi et extrêmement déçue. C’est quoi cette blague ?
D’un point de vue de l’écriture, je n’ai rien n’a redire. A part, les termes vulgaires utilisés pour parler de sexe ou les quelques erreurs des éditeurs. (Inversion de nom et fautes d’orthographe)
En conclusion, je suis assez mitigé sur ce tome, même si j’ai adoré le déroulement de l’enquête. Je pense que le reste, on aurait pu s’en passer.Bien que oui, pour une fois c'est une enquête qui domine le tome et non les histoires de sexe de l'héroïne! Du coup, je ne lis pas la suite tout de suite, je préfère lire un autre roman avant de reprendre la suite d’Anita Blake.




GLOBALE : 8 /10
ÉCRITURE : 7 / 10
SCENARIO : 8 /10
PERSONNAGES : 7 /10
SUSPENS : 10 / 10









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire