mercredi 8 octobre 2014

Aila et la magie des fées








GENRE : Fantasy / Médiéval
ÉDITION :UPblisher
FORMAT : ebook - epub
NOMBRES DE PAGES : 379
DATE DE PUBLICATION : 2012
LANGUE D'ORIGINE : Français









Professionnellement, elle entreprend sa carrière d'enseignante au lycée Claude Debussy de Saint-Germain-en-Laye, avec une première S dont, aujourd'hui encore, elle conserve un souvenir ému. Ensuite, elle passe au collège Jean-Jaurès à Poissy avant d'être en poste au lycée Évariste Galois de Sartrouville. Dans le même temps, elle se perfectionne en pédagogie, communication et s'investit pendant une année dans la formation pour jeunes adultes. Quand sa famille s'agrandit, elle recentre sa vie sur elle et ouvre de nouvelles perspectives, comme celle de créer des histoires qu'elle raconte à ses enfants ou simplement à elle-même. Elle ne songe même pas qu'elle pourrait écrire, son temps est consacré à d'autres bonheurs…

En 2008, ses enfants ont grandi et sa vie lui laisse un peu de liberté. En discutant avec une amie, elle lui explique la nouvelle idée d'histoire qui a germé dans sa tête. Cette dernière s'enthousiasme et s'exclame : « Mais pourquoi tu n'écris pas un livre de fantasy ? Écris-la, ce serait super ! »
Catherine profite donc des vacances d'hiver pour se lancer, comme ça, juste pour voir et elle s'amuse, non, mieux, elle se régale ! Communicative dans sa nouvelle passion, elle partage ses premiers chapitres avec une collègue, aucunement adepte d'aventures de fantasy, mais très intéressée de participer à cet univers, autant pour sa réalisation que pour son contenu. Cette complicité extraordinaire ne se démentira jamais au cours des neuf mois qui suivront et qui suffiront à achever la première partie de la saga de fantasy d'Aila.



TITRE DE LA SAGE D'AILA
I. Aila et la magie des fées
II. La tribu libre
III. L'Oracle de Tenesse









" Les légendes en Avotour racontent que hommes et fées vécurent longtemps en parfaite harmonie. Un jour cependant, une histoire d´amour entre un homme et une fée brise un interdit absolu et détruit cette entente immémoriale. Les fées choisissent alors de disparaître aux yeux des hommes et c´est ainsi qu´aujourd’hui, plus personne ne croit aux fées, plus personne ou presque?

Orpheline de mère et reniée par son père, ce héros victorieux des féroces ennemis héréditaires du royaume, les Hagans, Aila est élevée par son oncle Bonneau qui l´initie à l´art des armes. Elle trouve un réconfort maternel auprès de Mélinda, châtelaine du comté d´Antan, tandis qu´Hamelin, le mage du château, sage et érudit, partage avec elle tout son savoir.

Suivant les traces de son père, Aila, âgée de 16 ans aujourd’hui, est devenue une prodigieuse combattante qui excelle au maniement du kenda, un bâton de combat aux propriétés peu conventionnelles."





Je remercie « Babelio » de m’avoir fait découvrir le monde que Catherine Boullery a imaginé.
Dès les premières pages, nous entrons dans la légende des fées. Un monde de magie qui côtoie celui des humains. Bien que des siècles plus tard, les fées ne sont plus et les hommes vivent désormais sans elles. Le prologue conte donc cette fameuse légende qui aux premiers abords, nous déconcertes quelques peu… Beaucoup de détails et pas vraiment d’informations pour mieux comprendre.
Ensuite, on entame le récit à proprement parler. On découvre rapidement la vie de Barou Grand, puis la naissance d’Aila. Rapidement, on voit le caractère de cette adolescente de 16 ans qui n’hésite pas à dire ce qu’elle pense. Même si je trouve un peu exagéré sa façon de réagir face à l’indifférence d’un père. Après tout, il y a des choses pires que cela qui puissent arriver à une jeune fille.
Face à cette indifférence, elle vit avec son oncle Bonneau qu’elle considère plus comme un père que le sien.
Les premiers chapitres sont un peu longs pour s’intégrer dans cet univers particulier, mais une fois Aila sur les chemins vers le château royal, l’action s’enchaîne !
On peut dire que la jeune fille vit beaucoup de péripéties ! Que ce soit des combats, des débuts de romances ou venir en aide aux plus démuni. Elle ne s’arrête pas.
Concernant les personnages secondaires, c’est dommage qu’ils soient si peu travaillés… On découvre rapidement la famille royale, même si l’auteure s’attarde sur le prince héritier Hubert. Mais sur ce point, je sens poindre une romance avec Aila dans les autres tomes, d’où son importance à mon avis.
De même que son frère Aubin, le personnage est si peu travaillé ! Il n’est que l’ombre d’Aile, l’épaule sur laquelle, elle puisse se reposer. Ce qui est vraiment dommage, je pense qu’il aurait pu avoir une plus grande importance de ce récit.
Un autre point qui est important de souligner, c’est le fait que tous les personnages sans exceptions se rallient en peu de temps à la cause de la jeune fille, malgré sous impudence. Bien que ma théorie me conduit au fait que la jeune fille a tellement de pouvoir (que ce soit lié aux fées ou les autres) que malgré elle, elle attire les hommes et les persuade facilement. Que ce soit la famille royale ou de simples habitants, ils sont près à la suivre ! Comme par exemple Lomaï et Nimerie, une jeune femme et une petite fille qu’elle a sauvée.
Le style de l’auteure est assez agréable à lire bien que parfois le langage médiéval se mélange à un langage plus contemporain. Je pense que comme cette saga est destinée également à des enfants, l’auteure aurait dû se contenter d’utiliser la langue contemporaine. A part cela, rien à redire. J’aurai aimé peut-être avoir un peu plus de descriptions dans les décors, les lieux pour nous plonger encore plus facilement dans cet univers.
Pour conclure, je dirais que j’ai apprécié cette lecture qui était très agréable. Je pense que je me pencherai sur la suite, pour découvrir où toutes ses péripéties vont entraîner la jeune fille. C’est une saga qui a toutes ses promesses et qui doit vraiment plaire aux plus jeunes. Bien que moi-même, j’ai apprécié cette lecture !






GLOBALE : 7 / 10
ÉCRITURE : 6 / 10
SCENARIO : 8 /10
PERSONNAGES : 5 / 10
SUSPENS : 9 / 10









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire