dimanche 26 avril 2015

Les Larmes Rouges #3 - Quintessence





GENRE
: Fantastique / Horreur / Romance
ÉDITION : J'ai lu
COLLECTION : Darklight
NOMBRES DE PAGES : 635
PARUTION : 25 mars 2015
LANGUE D'ORIGINE : Français


CHRONIQUES PRECEDENTES
http://skoldasybooks.blogspot.fr/2014/04/les-larmes-rouges-1-reminiscences.html  http://skoldasybooks.blogspot.fr/2014/07/les-larmes-rouges-2-deliquescences.html 











" - La clé du pouvoir se cache dans le sang -

Alors que la relation d'Henri et Cornélia connaissait enfin une accalmie après les épreuves, l'arrivée surprise d'un fantôme du passé fait voler en éclats toutes leurs certitudes. Ces retrouvailles peuvent-elles être encore plus dangereuses que le Roi Sombre lui-même ? "












Voici donc le dernier tome de la saga "Les Larmes Rouges". Je pense que cette histoire ne pouvait pas mieux finir et on obtient un roman parfait remplit de révélation fascinante.

Georgia Caldera nous offre avec "Quintessence" un roman bourré d'action du début à la fin. Que ce soit par l'action, les scènes de romance très touchante. Bref, elle arrive à nous toucher dans cette somptueuse histoire de vampires pas comme les autres.
On continue donc d'en apprendre davantage sur notre héroïne Cornélia qui dans ce tome-ci ose enfin prendre les devants et s'opposer encore plus face à son compagnon, Henri. Bien qu'encore une fois, elle se met encore en danger. Désormais plus puissante, elle continue de faire des songes, bien qu'ici il s'agisse de "cauchemars". A travers ses nouveaux rêves, elle se retrouve alors dans les souvenirs d'une personne qu'elle n'aurait jamais crue pouvoir exploiter. Il s'agit bien évidemment d'Avoriel, le roi sombre. C'est par ce biais que l'héroïne trouvera la réponse pour pouvoir l'anéantir.
Comme dans les tomes précédents, Georgia Caldera centre son roman sur un personnage en particulier. On avait commencé avec Cornélia puis Henri pour "enfin" finir sur Avoriel et découvrir sa vraie personnalité. On découvre alors l'origine de sa folie et ce qui a fait de lui ce roi cruel et sans sentiments... L'auteure rend alors son personnage plus humain et qui avait des sentiments. On comprend alors petit à petit ce qui l'a fait plongé dans les ténèbres. Au final, on ne peut pas vraiment le haïr. Personnellement, je reste mitigé sur lui puisque "Avel" n'a pas vraiment eu de chance et qu'il a agi par désespoir.
Henri dans ce tome-ci laisse définitivement parler son humanité. Il ose enfin dire ses sentiments à Cornélia avec tant de facilité ! Même cette dernière déclare enfin "nettement" ses sentiments à son compagnon. C'est un couple touchant qui ferait n'importe quoi pour sauver l'être aimé, d'ailleurs la jeune femme se montrera bien plus maligne que le prince des vampires lui-même !
Le second tome terminait donc sur la visite de quelqu'un qui au final n'est absolument pas celui que je m'attendais à voir ! On découvre alors enfin qui est Maxime et ce qui lui est arrivé...
Je suis assez sceptique au final sur ce personnage qui se trouve juste être un personnage secondaire et pas très exploité. Je pense que finalement sa présence n'était pas requise, puisqu'il s'agit simplement de mettre un peu plus de désordre dans la relation d'Henri et Cornélia. Cette partie de l'histoire ne m'a pas vraiment convaincu et je l'ai donc trouvé futile.
Mais le reste s'enchaîne avec beaucoup d'action d'un chapitre à un autre, à tel point que je n'ai pas pu m'arrêter dans ma lecture. Comme toujours le style d'écriture de Georgia Caldera est efficace et enrichi comme les précédents tomes !
En conclusion, ce fut une saga merveilleuse tant sur le point de l'écriture que le scénario très abouti que l'auteure nous a offert! Un univers gothique qui nous a fasciné et émerveillé ! Je n'ai qu'une chose à dire à l'auteure : Merci de nous avoir fait rêver à travers cette sublime romance vampirique !

" THE KING IS DEAD, LONG LIVE THE KING ! "

(en anglais ça fait plus classe winktongue)







GLOBALE : 10 / 10
ECRITURE : 10 / 10
SCENARIO : 10 / 10
PERSONNAGES : 10 / 10
SUSPENS : 10 / 10


COUP DE CŒUR!











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire