samedi 5 décembre 2015

Rose Morte #2 - Trois épines





GENRE : Fantastique / Historique / Romance
ÉDITION : Milady
COLLECTION : Bit-lit
NOMBRES DE PAGES : 576
PUBLIE EN : 2013
DATE DE L’ÉDITION : 18 septembre 2015
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Céline Landressie



CHRONIQUE PRECEDENTE

http://skoldasybooks.blogspot.fr/2015/05/rose-morte-1-la-floraison.html
 


 


 " France, 1789.
Aux quatre coins du pays, la révolte gronde. Lady Rose quitte la cour de Russie pour retourner auprès d'Artus. En effet, son mentor requiert son soutien car l'équilibre de la société obscure est aussi menacé. Or, malgré deux siècles d'existence, Roste reste une immortelle inexpérimentée encore étrangère aux menées de ses pairs. Sera-t-elle de taille à affronter ce chaos ? Artus et elle pourront-ils s'entendre après dix ans d'absence ? "








Alors que dire...que dire sur le deuxième tome de "Rose morte" ? Tout d'abord que ce fut un pur délice, saupoudrer d'action et de frustration également. Céline Landressie arrive encore une fois à me surprendre, me captiver comme très peu d'auteurs ont réussis à me charmer. " Trois épines" vient confirmer mon coup de cœur pour cette saga !
Dans le premier tome, nous avons donc découvert l'univers des vampires, plus précisément de la maison Arimath, dont font partis nos chouchous : Artus, Adelphe et Rose.
Dans ce second tome, nous découvrons une héroïne très remontée contre son mentor. En effet, Rose s'est sentie délaissé durant ces dix dernières années par Artus. Malheureusement, la jeune comtesse à la rancune vraiment tenace ! Dix ans d'exil ont changé son comportement envers le comte de Janlys. Elle qui avait passé les deux derniers siècles à ses côtés, n'a pas compris ce brusque changement. Pourquoi l'a-t-il envoyé en Russie sans aucune nouvelle durant dix ans ? Rose s'est donc sentie abandonnée, trahie, délaissée. C'est pourquoi nous découvrons avec stupéfaction l'arrivée d'un nouveau personnage très...très charismatique ! (oui, un apollon de plus, comme-ci nous n'en avions pas déjà assez). Je parle évidemment de Vassili , le serviteur de Rose. Elle enfreint quelques peu les règles, puisque rare sont les jeunes vampires à avoir un serviteur aussitôt. Mais, on peut aisément la comprendre puisqu'elle s'est retrouvée dans un pays qu'elle ne connaissait pas, en plein territoire des Oström. Ce grand monsieur blond aux yeux bleus glacés à de quoi faire languir ceux qui se trouve à côté de lui ! (moi, la première).
Avec le retour de Rose et ce nouveau personnage, la fratrie d'Holival ont un changement de comportement vraiment très explosif. Artus comme à son habitude ne préfère pas dévoilé ses sentiments et préfère être blessant vis-à-vis de son infante. Malheureusement, Artus doit également gérer plusieurs choses en même temps, le retour de Rose n'est pas anodin puisqu'elle doit venir le soutenir contre une bataille peu conventionnelle contre leur ennemi de toujours : les Lamies. Ces derniers attaquent notamment le clan Oström de façon organisée qui ne colle pas à leur mode de vie. Évidemment ce n'est pas tout ! Artus a un traître dans son propre clan, quelqu'un qui le surveille et il va devoir trouver cet imposteur, et on rajoute une couche avec l'histoire de l'érudit qui n'avance plus depuis plusieurs années maintenant. Il n'est donc pas étonnant de le voir littéralement explosé de rage ou être véhément comme lors de son entretien avec Raugmundr :

" - Caton vous tenait pour extrêmement sagace. M'est avis qu'il serait déçu de vous trouver dans ces dispositions.
- Comme c'est original, se gaussa Artus. Vous autres Oström, évoquez-vous toujours mon prédécesseur lorsque vous arrivez à court d'arguments ?
- C'était un régent respecté, et avisé...Qu'aurait-il pensé de tout ceci ?
- Que vous commencez à vous décatir ?
- Petit insolent... J'essaie de vous donner un conseil...
- Oh. Mille excuses. Je croyais que vous radotiez sur des choses qui ne vous concernent en rien...
- Cette attitude ne vous mènera nulle part, jarl Artus. Vous feriez bien d'en changer avant qu'elle ne vous cause davantage de tracas.
- Un autre conseil ? Quel chanceux je fais !
"

En même temps, je pense que si nous étions à la place d'Artus, il y a longtemps qu'on deviendrait tous fous. Il a du courage de supporter tout ce chaos.  Mais j'avoue que ses rapports houleux avec la comtesse de Greer ont tendance à nous agacer. On a envie de les prendre tous les deux et les secouer un bon coup pour leur remettre les idées en place ! Elle qui ne réfléchit pas plus loin que le bout de son nez et lui qui campe sur ses positions.  Est-ce que dévoiler ses sentiments est une faiblesse ? Pour le comte de Janlys apparemment oui. On ne peut pas dire que l'apparition de Vassili l'enchante vraiment. Il voit en lui, un concurrent , c'est une évidence. Tandis que Rose refuse de discuter de son exil avec son mentor, ne voulant pas connaître les raisons qui l'ont poussé à agir ainsi. La réaction d'Artus envers Rose est alors totalement normal. J'étais même vraiment d'accord avec lui pour une fois :
" La comtesse se mordit la lèvre inférieure, la mine piteuse. Nier cette assertion aurait été purement mensonger.
- Ne pouviez-vous m'expliquer tout cela par écrit ? hasarda-t-elle néanmoins.
- Mes courriers étaient surveillés! Pourquoi croyez-vous que je mis un terme à notre correspondance ? Ne vous servez-vous donc jamais de votre cervelle ?!
"

(Je me le demande aussi, Artus.... Je me le demande...)


Pauvre Adelphe qui se retrouve au milieu de tout cela, on peut facilement imaginer que lui aussi, son caractère en devient révolté. J'ai d'ailleurs envie de crier " Mais pourquoi Céline ???" . Oui, notre Adelphe si gentil avec un tempérament serein se trouve totalement changé dans ce tome-ci. Il se dispute avec Rose, avec son frère et prend en grippe ce pauvre Vassili, au début. Que se passe-t-il donc pour qu'Adelphe change de comportement. On le voit par moment mélancolique, mais ni Rose ni son frère ne sait exactement quelle est la raison de cette tristesse. Pourtant, j'ai une idée sur la question... Son changement de comportement a changé indubitablement à l'apparition de Vassili. Une scène en particulier m'a fortement marqué, bien que les rapports entre Adelphe/Vassili sont assez ambigus et certaines choses laissent à penser que mon raisonnement est une possibilité :
" Regrettant ce subit emportement, la comtesse reporta son attention sur son serviteur. Stoïque, ce dernier attendait que les soins fussent achevés, son regard polaire errant par l'une des fenêtres du réfectoire. Face à lui, Adelphe, précautionneux, jetait de fréquents coups d'oeil sur son patient, cherchant sans doute à s'assurer qu'il ne lui causait pas de peine supplémentaire. Comme il se penchait sur lui, bras passés sous les siens afin de faire voyager dans son dos le bandage dont il l'entourait pour la troisième fois d'affilée, le Slave lui rendit tout à coup son regard. Baissant le nez, Adelphe récupéra le rouleau de tissu qui venait de lui échapper"

Alors, si ceci n'est pas le trouble d'une quelconque attirance... C'est que je suis vraiment nulle !  Notre pauvre Adelphe se trouve au 18ème siècle... Forcément, difficile de révéler certaines choses au grand jour, je pense. Mais évidemment, ceci n'est que mon humble avis. J'avoue que j'apprécierai énormément de voir cette "relation" évoluer dans ce sens. Cela donnerait une touche de modernité, qui apporterait davantage de choses à cet univers. La réaction de Rose et Artus pourrait être très drôle à écrire en plus !
Mais évidemment cela reste très ambigu, puisque notre grand Vassili lié à Rose, éprouve sans conteste des sentiments pour sa maîtresse. Même s'il est au courant de la relation particulière entre elle et Artus, il ne peut s'empêcher d'espérer qu'un jour Rose soit à lui. Malheureusement vers la fin du roman, il voit d'un œil différent ses premières espérances. Et qui vient le soutenir ? Adelphe évidement ! Sachant que ce n'est pas un personnage très loquace, j'ai hâte d'en découvrir plus sur lui dans le prochain tome.
               Concernant l'action, je dois dire que je fus très surprise des protagonistes de tout ce fouillis. Un certain personnage du premier tome refait surface et d'une manière très fracassante ! Petit à petit, où on remonte le fil, on se dit pourtant que cela ne pouvait pas être autrement. A la fin du roman, les Arimath et les Oström se retrouvent avec divers ennemis : Les lamies, le fameux alchimiste, les hommes-fauves et l'érudit. La liste des ennemis ne fait qu'augmenter. On se doute déjà que le prochain tome sera de haut niveau également ! Comment vont-ils faire pour combattre sur tous les fronts ?
L'écriture de Céline Landressie est comme dans le premier tome, plus qu'excellente. Les connaissances de l'auteure ne cesse pas de m'émerveiller ! J'avais l'impression de me retrouver en plein milieu de la révolution française (ceci dit, on remarque qu'elle aime les conflits dans l'histoire française), mais également des diverses origines pour les maisons vampiriques. On retrouve donc des références à la mythologie nordique et égyptienne entre autre. L'ensemble du roman est très cohérent, jonché de culture et avec cette dose d'action qui nous tient en haleine jusqu'à la dernière page.  
                "Trois épines" est sans conteste dans la même veine que son prédécesseur si ce n'est encore mieux ! L'auteure a su créer un univers à part entière, fondé sur des faits historiques précis et en plus avec des personnages attachants et diversifié. Il y en a pour tous les goûts ! Cette saga est vraiment excellente, je suis désormais une fervente admiratrice ! L'attente pour le tome 3 "Flétrissures" aux éditons Milady en mai va donc être très longue pour moi. "Patience est mère de vertu" dit-on, un proverbe qui ne me convient pas malheureusement.






GLOBALE : 10 / 10
ECRITURE : 10 / 10
SCENARIO : 10 / 10
PERSONNAGES : 10 / 10
SUSPENS : 10 / 10


COUP DE CŒUR!







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire