mardi 19 janvier 2016

La Cave




GENRE : Fantastique / Horreur
ÉDITION : Milady
NOMBRES DE PAGES : 320
PUBLIE EN : 1980
DATE DE L’ÉDITION : 2009
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
AUTEUR : Richard Laymon
TITRE ORIGINAL : The Cellar
TRADUCTEUR : Lorène Lenoir





Richard Laymon est né à Chicago en 1947 et décédé en 2001. Auteur de trente romans sans cesse réimprimés et de deux fois plus de nouvelles, il est l'un des grands noms américains de l'angoisse et du suspense, et sans doute l'un des plus populaires car ses oeuvres sont des modèles de "page-turners". Il a reçu le prestigieux prix Bram Stoker à titre posthume.

+ Voir sa bibliographie sur "wikipédia" +







" On l'appelle la Maison de la Bête. Certains la visitent comme une attraction, attirés par son histoire de meurtres et d'esclavage sexuel. Ils y entrent sans savoir qu'ils n'en ressortiront jamais. Les hommes sont rapidement achevés. Quant aux femmes, c'est un sort bien plus funeste qui les attend. Mais le pire dans cette maison, c'est ce qu'il y a en dessous. Derrière la porte de la cave, au pied des escaliers grinçants, vit une créature purement maléfique. La nuit, quand la maison est plongée dans l'obscurité et le silence... la bête sort. "







" La cave" ou de son autre nom "La cave aux atrocités" porte vraiment très bien son nom. Je l'aurais plutôt renommée : "La cave aux perversités".
En effet, le fantastique est très présent dans le roman, mais ce qui prédomine dans ce récit reste tout ce qui touche à la sexualité.

Nous rencontrons d'abord Donna et sa fille de 12 ans, Sandy. Elles vivent seules jusqu'au jour, où le père de la jeune fille sort de prison. Elles sont alors obligées de fuir, de peur que ce dernier s'en prenne de nouveau à sa fille. On remarque alors que dès les premières lignes, une histoire dérangeante se met en place, la pédophilie.
Nous découvrons alors Roy, obsédé de se venger de Donna. Il remonte alors petit à petit la piste vers elles. En menaçant leur famille et tuant sans une once de culpabilité. Mais le plus choquant est sans conteste le kidnapping d'une petite fille et les sévices auxquelles il se livre avec elle.

De l'autre côté, il y a Judgement. On pense qu'il s'agit d'un ancien mercenaire traumatisé par ses missions passées, des êtres qui le poursuivent encore dans ses cauchemars. Il fait alors la rencontre de son voisin, Larry qui lui aussi est poursuivit par un passé très troublant : "La maison de la bête". Jud décide alors de l'aider à traquer cette fameuse bête et découvrir ce qui se cache derrière cette fameuse légende de Malcasa Point.
La maison de la bête appartient désormais à Maggie Kutch, elle a perdue sa famille dans des circonstances similaires à l'ancienne propriétaire. Mais pourquoi vouloir faire revivre son cauchemar à une ville entière ? Apparemment, ce n'est qu'une question d'argent...
Du moins aux premiers abords, car au fil du récit la vérité ne manque pas de nous surprendre. L'irréel se transforme petit à petit en réalité. Seulement qu'est-ce que cette fameuse bête ?
Je dois dire que sur ce point, je fus extrêmement déçue. L'auteur ne nous explique pas "comment" et "pourquoi" elle apparaît, d'où elle vient, rien ! Nous connaissons juste son apparition dans la maison.

Cette créature en elle-même représente également la "perversité" qu'on retrouve dans le personnage de Roy. Mais finalement, le sexe se trouve partout dans le récit, entre Donna/Jud, même Sandy elle-même. Il n'y a donc aucune surprise de découvrir une certaine lubricité dans cette étrange créature (un détail anatomique marque les esprits, mais je n'en dirais pas plus pour garder l'effet de surprise). Finalement, la surprise n'est juste qu'une certaine addiction au sexe.
On retrouve pourtant des ingrédients qui font un roman d'horreur : sang, décapitation, chair coupée,... Malheureusement, ce type de scène est plutôt pauvre par rapport au côté "sexe".
Certes, cela peu rebuter certaines personnes concernant le viol ou la pédophilie. Dans l'ensemble, j'ai plutôt apprécié, c'est un livre malgré tout très addictif.

L'écriture est simple, peut-être trop. Mais nous avons divers points de vue des personnages qui rendent l'ensemble du récit intéressant.
Même si certains points restent obscurs, je comprends désormais la raison. "La cave" possède normalement trois suites qui n'ont jamais été traduites en français, ce qui est dommage. J'aurais aimé avoir plus de détails sur les créatures et cet univers particulier. J'ai dû lire des résumés en Anglais, mais du peu que j'ai lu, cela a confirmé certains soupçons que j'avais à l'égard du personnage de Sandy. (je la trouvais un peu folle, rien d'étonnant à cause du père, mais cela se confirme dans la suite).

En conclusion, une lecture addictive avec de l'action sur la chasse à la bête et une réalité qui donne la nausée ou des frissons, c'est selon les personnes. Je reste encore étonnée sur un tel roman, car jusque ici, je n'avais rien lu de tel. Dommage de ne pas avoir la suite en version française en tout cas !


  
GLOBALE : 7 / 10
ECRITURE : 7 /10
SCENARIO :  7 / 10
PERSONNAGES : 7 /10
SUSPENS : 8 /10





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire