dimanche 3 avril 2016

Apostasie


http://img.livraddict.com/covers/187/187090/couv66971933.jpg


GENRE : Fantastique / Horreur
ÉDITION : Éditions du chat noir
COLLECTION : Griffe Sombre
NOMBRES DE PAGES : 333
DATE DE PUBLICATION : 31 mars 2016
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Vincent Tassy









Vincent Tassy est né le 8 mai 1989 dans le Gard. Il s’intéresse aussi bien à la littérature fantastique classique qu’aux littératures de genre contemporaines. Il est professeur de lettres. Il a été particulièrement marqué par des auteurs aussi différents qu’Ann Radcliffe, le Vicomte d’Arlincourt, D.A.F. de Sade, Gabrielle Wittkop, Tanith Lee, Poppy Z. Brite ou Léa Silhol. Il se passionne bien évidemment pour le mythe du vampire et ses diverses manifestations dans la littérature, et, comme beaucoup d’autres, a trouvé en Carmilla sa Bible vampirique.






" Anthelme croit en la magie des livres qu'il dévore. Étudiant désabusé et sans attaches, il décide de vivre en ermite et de s'offrir un destin à la mesure de ses rêves. Sur son chemin, il découvre une étrange forêt d'arbres écarlates, qu'il ne quitte plus que pour se ravitailler en romans dans la bibliothèque la plus proche.
Un jour, au hasard des étagères, il tombe sur un ouvrage qui semble décrire les particularités du lieu où il s'est installé. Il comprend alors que le moment est venu pour lui de percer les secrets de son refuge.
Mais lorsque le maître de la Sylve Rouge, beau comme la mort et avide de sang, l'invite dans son donjon pour lui conter l'ensorcelante légende de la princesse Apostasie, comment différencier le rêve du cauchemar ? "





Je viens donc de terminer cette lecture pour le moins très original. Je suis ravie de voir des auteurs aussi talentueux. Vincent Tassy nous offre avec "Apostasie" un sombre conte digne d'un Edgar Allan Poe.

Commençons par le début. Nous découvrons donc le héros, Anthelme. Un jeune homme qui ne vit qu'à travers les livres. Petit à petit, il vivra tel un ermite caché au fond d'une forêt étrange. Pendant trois ans sa vie est donc guidé par les livres de la bibliothèque et la forêt qui le protège du monde extérieur. Sa vie sera bouleversé lorsqu'il va découvrir l'histoire de la "Sylve Rouge", qui lui rappelle sa douce forêt. Cet étrange ouvrage va le conduire directement vers Aphelion, le maître de cette forêt énigmatique. Il va alors conter une étrange histoire au jeune Anthelme, celle d'une princesse du nom d'Apostasie.
Une fois que ce récit commence, l'engrenage du suspens et de l'action nous prend telle un tourbillon. Il a été très difficile pour moi de reposer le roman, une fois le récit entamé. Aphelion m'a totalement emprisonné dans ce conte exquis !
"Apostasie" est original par la conception du roman. Il se découpe en trois parties : la première étant consacrée à la vie d'Ermite d'Anthelme, la seconde sur la légende d'Apostasie et la troisième concerne la quête d'Anthelme pour sortir de sa malédiction et écrire sa propre histoire.
Anthelme est un jeune homme sensible qui préfère vivre dans un monde fictif pour échapper à un quotidien trop simple à son goût. Chaque histoire qu'il entend le passionne jusqu'à toucher son âme. C'est ce que la légende d'Apostasie va lui apporter.
Aphelion, quant à lui est très énigmatique et sombre. J'ai été abasourdi par les fameuses scènes dans la maison des Effraies. Le héros ne voyait pas l'horreur des actes de son hôte... Dès lors, on se doute d'un quelconque maléfice. Comme Anthelme, on se laisse prendre au jeu et manipuler tout le long du récit.


La deuxième partie concernant la légende d'Apostasie est tout simplement grandiose. J'ai aimé découvrir tous ces personnages fascinants et qui ne se ressemblent pas. Lavinia qui épouse le futur roi dont elle a toujours été amoureuse, Irvine. Seulement sa vie ne se déroule pas comme elle l'a souhaité. Irvine ne luit témoigne pas d'amour, même si ils ont eu une fille ensemble, Apostasie.
Je ne vais pas tout raconter, mais on découvre un autre personnage important du récit, le fameux frère d'Irvine, Ambrosius. Il est un élément clé dans ce roman. Un personnage rejeté dès le début et jusqu'à la fin. On ressent sa douleur et son mal être de vivre dès le début.
Tandis qu'Apostasie est une jeune femme très intelligente et qui tente de protéger ses parents malgré leurs erreurs... Bref, c'est tout une pléthore de personnages fabuleux que l'on rencontre dans cette deuxième partie. Bien que cette partie contienne de nombreuses digressions au récit de base, chaque pièce apporte une nouvelle information à la légende d'Apostasie et vers la future quête d'Anthelme.
 
Dans la troisième, Anthelme tente de retrouver cette princesse et d'échapper à sa malédiction. Sa quête est assez ironique dans un sens. "Apostasie" signifie : " le renoncement par un individu adulte et responsable, à faire partie d'une organisation religieuse". Certes le renoncement du personnage n'est pas religieux, mais plutôt le renoncement de la vie. Tous les personnages du récit vont vers une quête de la mort. L'auteur démontre qu'elle n'est pas forcément sombre et douloureuse. Elle peut être belle et exquise ! J'ai trouvé le thème vraiment intéressant et tellement bien écrit.


En parlant du style d'écriture de Vincent Tassy, c'est un pur délice, si exquis ! Chaque mot, chaque phrase forment une parfaite poésie moderne. Un vocabulaire riche et sombre qui accentue le côté noir du roman. Je n'ai pas vraiment de mot pour décrire la sensation que j'ai éprouvée durant ma lecture. Mais, l'auteur nous fait passer diverses émotions à travers son univers particulier, que ce soit des frissons, de la tendresse, de l'amour ou des larmes... Je suis passée par tellement d'états émotives que j'en ai eu le tournis à la fin de ma lecture.


En conclusion, je dirais simplement que "Apostasie" est un gros coup de cœur ! Un pur délice qui se consomme sans modération. Vous apprécierez tout comme moi de plonger à travers ce sombre conte vampirique, où les personnages sont une dualité entre le bien et le mal. Rien n'est parfait dans le monde, Vincent Tassy l'a bien compris. Il nous démontre que la vie est difficile et que la mort n'est que la liberté pour chaque individu. Chapeau bas, Monsieur Tassy, vous m'avez fait vibrer du début à la fin !





EXTRAITS

" Je n'ai jamais vraiment compris pourquoi les beautés les plus ténébreuses étaient pour moi les plus attirantes. Peut-être le goût du mystère, du voile et de la profondeur. L'obscurité protège de la vérité. De tout ce qu'on ne veut pas savoir. Elle est folle et imprévisible, mais secrète, silencieuse ; belle comme une mer de diamants noirs."

* * *

" la mort nous aimante et nous envoûte comme une mère empoisonnée. Nous adorons ce qu'elle nous dit de la vie, ce qu'elle nous dit du sang et des larmes, ce qu'elle nous offre de sa nuit éternelle. Nous mettons en scène son opéra tout autour de nous. C'est comme si une part de notre instinct s'était métamorphosée par nécessité. Car c'est la mort, que nous devons répandre pour maintenir notre vie; et c'est la mort que nous avons gravie sans la voir, sans la toucher, sans la sentir ; c'est la mort qui nous avalés, peut-être, sans nous dire son nom, sans nous dire un secret."

* * *

" - J'ai toujours beaucoup aimé ce conte d'Edgar Poe. Parce qu'il donne une réalité à ce qui n'existe pas. Cette Vallée-aux-Herbes-Multicolores, c'est une illusion, une magnifique illusion; c'est l'enchantement de l'art et de l'imagination à son plus haut point de perfection. Elle cristallise le bonheur absolu, elle le fait exister comme une perle, un joyau sous une cloche de verre. On regarde; on ne touche pas. On ne pourrait pas toucher. mais on vit cela, tellement fort, quand on se promène en esprit dans la vallée. On en caresse l'idée, on en vénère la douceur qui naît en nous de sa musique et de son éclat. "

* * *

" J'aime être surprise. Beaucoup trop de livres. Ceux qui sont purs, ceux qui sont dégoûtants, ceux qui claudiquent, ceux qui sont trop gros et ceux qui sont trop maigres; les livres qui cherchent sans trouver, qui sont des énigmes à eux-mêmes mais qui nous parlent, et qui partagent cette vie immense, et floue, qu'ils ont en eux. Ils sont comme ça, tes livres, Sarah."

* * *

" Quelque chose un jour nous avez brisés ; c'était si violent de vivre, et c'est vrai, peut-être qu'on avait pas le courage. On était aller se cacher quelque part, là où on pouvait, on s'était enfuis pour ne pas avoir mal, on s'était faits tout petits, on avait guetté, du fond de notre cachette, on avait guetté le ciel, espérant à peine y trouver quelques étoiles."







GLOBALE : 10 / 10
ECRITURE : 10 / 10
SCENARIO : 10 /10
PERSONNAGES : 10 /10
SUSPENS : 10 / 10




COUP DE COEUR!






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire