mardi 8 juillet 2014

Dracula [ Bram Stoker ]




GENRE : Fantastique / épistolaire
ÉDITION : J'ai lu
NOMBRES DE PAGES : 680
PUBLIE EN : 1897
PARUTION DE L’ÉDITION : 2012
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
TRADUCTION PAR : Jacques Sirgent








Abraham Stoker dit Bram Stoker, né le 8 novembre 1847 à Clontarf (un quartier nord de Dublin) et mort à Londres le 20 avril 1912, est un écrivain britannique d'origine irlandaise, auteur de nombreux romans et de nouvelles, qui a connu la célébrité grâce à son ouvrage intitulé Dracula.
Son père était Abraham Stoker (1799-1876) et sa mère, la féministe Charlotte Matilda Thornley (1818-1901). Bram est le troisième d'une famille de 7 enfants. Enfant maladif jusqu'à l'âge de 13 ans, il écoute lors de sa longue convalescence, racontés par sa mère, la Bible, les légendes irlandaises, ou encore le récit de l'épidémie de choléra du début du XIXe siècle, à laquelle la famille de sa mère avait échappé. Ces récits le marqueront toute sa vie.
En 1863, il intègre le Trinity College (Dublin) pour suivre les traces de son père : il obtient son diplôme en sciences et mathématiques en 1870.
En 1867, il assiste à une représentation d'Henry Irving au Théâtre royal de Dublin (en). Bram Stoker entame une correspondance avec l'écrivain américain Walt Whitman.
En 1871 paraît son premier article, dans la rubrique théâtrale du Dublin Mail. Ces articles signés, écrits en marge de sa profession de fonctionnaire, l'amènent à fréquenter la société culturelle londonienne. Cette même année paraît Carmilla de l'écrivain irlandais Sheridan Le Fanu, roman vivement apprécié par Stoker. En 1872 est publié le premier récit de Stoker, La Coupe de cristal, dans la revue London Society.
En 1875, il publie son premier roman The Chain of Destiny. En 1876, il se lie d'amitié avec Henry Irving, un acteur influent. Cette amitié les mène au Lyceum Theatre de Londres, duquel Stoker est nommé administrateur. Il prend alors sa place dans la société culturelle britannique. En 1876, son père meurt ; Stoker adopte définitivement le surnom de Bram. Il épouse une ancienne voisine d'enfance, Florence Balcombe, en 1878. Leur fils Noel Thornley naît en 1879. En 1881 paraît Under the Sunset, recueil de contes pour enfants.
Le Lyceum Theatre est en tournée aux États-Unis en 1883. Stoker y rencontre Walt Whitman. Une seconde tournée a lieu en 1886, année où Stoker fait paraître un essai sur les États-Unis, A Glimpse of America. À Londres, il assiste à une conférence de Charcot sur l'hypnotisme. En 1890 il rencontre Arminius Vambery, orientaliste et spécialiste des légendes de l'Europe de l'Est et Richard Francis Burton. Il commence des recherches au British Museum en vue d'écrire Dracula et fait paraître The Snake's Pass. En 1895 paraît son troisième roman, The Shoulder of Shasta, suivi de Dracula en 1897.
En 1902 paraît
The Mystery of the Sea. Le Lyceum Theatre ferme ses portes. The Jewel of the Seven Stars est publié en 1903, puis le roman The Man en 1905.
Henry Irving meurt en 1905. L'année suivante, Stoker fait paraître un recueil de souvenirs sur l'acteur,
Personnal Reminiscenses of Henry Irving. Suivent en 1909 Snowbound, recueil de nouvelles inspirées des tournées du Lyceum Theatre aux États-Unis, et un roman fantastique, The Lady of the Shroud. En 1911, il publie The Lair of the White Worm (Le Repaire du ver blanc).
Bram Stoker meurt le 20 avril 1912, à son domicile londonien, 32 St. Brake's Avenue.







 " Jonathan Harker, jeune et brillant clerc de notaire, se rend pour affaires dans les Carpates, où réside son client, le comte Dracula. Celui-ci se révèle un hôte chaleureux et prévenant, mais la curiosité incite Jonathan à pousser son exploration de l'immense château toujours un peu plus loin. A travers les lettres qu'il lui lui envoie presque chaque jour, Mina, sa jeune épouse restée à Londres, découvre qu'une effroyable réalité se tapit dans l'ombre de la légende... "





"Dracula" est un roman classique du genre fantastique, de style épistolaire. Bram Stoker loin d'être le premier à avoir pour sujet "le vampire", en fait une nouvelle dimension, dont la maîtrise est absolument parfaite !
Dans les sources de Bram Stoker, on retrouve une inspiration de l'auteur Ruthven avec "The vampyr".  Son personnage de "Dracula" met en scène le comte Vlad Tapes, un tyran qui est bien dans la vie réelle dans les années 1430 (le surnom de son père étant "Dracul" dit le "dragon"). Il obtient des sources du comte Tapes par son ami Hermann Vamberger qui lui inspira le personnage du professeur Abraham Van Helsing.
Dans le contexte historique, il compose ce roman pendant que sévit les meurtres de "Jack l'éventreur".
Ce roman aborde plusieurs thèmes, dont le milieu scientifique. De part le personnage de Van Helsing qui est un professeur de métaphysique et de philosophie entre autres. Ce personnage est donc prêt à accepter l'impossible, car il reste ouvert d'esprit à tout ce que le monde peut lui offrir.
Dans un second temps, on y parle de la psychologie, l'aliénation. Le vampirisme et la folie sont ainsi très liés, d'ailleurs le personnage de Renfield est un mélange des deux. On remarque alors que dès qu'un personnage est touché par le comte, la folie s'installe (que ce soit pour Lucie, voir même Jonathan Harker).
Concernant les personnages, ils sont tous d'une extrême bonté. Des âmes pures, qui mettraient presque en évidence, l'amour que Dieu leur porte. De l'autre côté, on a le comte Dracula. Rejeté par Dieu, il est ainsi puni pour l'éternité à une existence de souffrance. D'ailleurs, Van Helsing dira qu'il faut avoir "pitié" de cette pauvre créature. Ce qui est intéressant justement, c'est de voir l'extrême opposé entre le bien et le mal. Bram Stoker a totalement créé un univers effrayant autour du comte, de par le lieu jadis du comte (le château dans les Carpates), mais aussi ses traits physiques, sa morale. Loin de l'image qu'on donne aux vampires d'aujourd'hui, Dracula est l'incarnation des peurs, des croyances des gens de l'époque. Il l'esprit du mal dans toute sa splendeur. Ni Dieu Ni maître, une sombre créature.
Il est intéressant de voir également que finalement son personnage est juste "cité" et n'est jamais présent dans l'histoire, étant donné qu'il s'agit d'une correspondance entre les divers personnages. Ne pas connaître sa psychologie accentue la crainte des lecteurs et entretien le suspens.
L'écriture de Bram Stoker est fluide, tout en finesse voir par moment presque poétique. Très psychologique parfois sur la nature humaine, il se fait moralisateur.


Je me suis mise à sourire quand j'ai lu certains commentaire sur divers sites, que dans ce roman, la femme n'avait qu'un rôle mineur, voir qu'elle était rabaissée. Seulement, il faut bien se remettre dans le contexte, que ce roman est du XIXe siècle et que les femmes n'avaient pas les mêmes droits qu'à cette époque. Il est donc normal de voir que Bram Stoker fait de ses personnages masculins les protecteurs des femmes. Elles s'investissent donc beaucoup moins, bien que le personnage de Mina fait une exception à cette règle, puisqu'elle contribue à la résolution pour éradiquer le comte.
 
C'est donc un roman teinté de superstitions, qui vogue entre le réel et l'imaginaire et qui fait douter les personnages de leur propre esprit. Voilà tous les ingrédients qui font de "
Dracula" un excellent roman classique de fantastique.


GLOBALE : 9 /10
ÉCRITURE : 10 / 10
SCENARIO : 9 / 10
PERSONNAGES : 8 / 10
SUSPENS : 9 /10




COUP DE CŒUR !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire