vendredi 30 décembre 2016

La toile d'araignée



Couverture La toile d'araignée 

GENRE : Policier
FORMAT : Kindle

NOMBRES DE PAGES : 185
PUBLIE LE : 2014
DATE DE L'EDITION : 6 janvier 2016

LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Jean-Philippe Agnese
PRIX :2€99

Jean-Philippe Agnese

Suivant des études en audiovisuel, Jean-Philippe Agnese (né en 1974) travaille en premier lieu dans la communication d'entreprise, avant de rejoindre les terres de la fiction, comme scénariste, réalisateur, et producteur. Remarqué en 2006 avec le scénario d'un "polar urbain", il se consacre depuis essentiellement à l'écriture (cinéma et télévision) et à l'enseignement.
Aimant nourrir la fiction du réel, l'humain et ses remises en question sont au cœur de son travail : il confronte ainsi et toujours ses personnages à leurs propres responsabilités, artisans de leurs échecs comme de leurs réussites.
Toujours soucieux d'intégrer ses lecteurs à l'histoire, il écrit au présent : "C'est un peu comme si l'action se déroule en temps réel, sous nos yeux. On sort un peu du cadre "il était une fois" et tout se déroule comme une première fois."
La Toile d'Araignée est son premier roman. Après un premier contrat dans l'édition traditionnelle, il fait le choix de l'auto-édition par envie d'autonomie.  


 



" Lors d'une intervention musclée au lendemain d'une soirée festive, le lieutenant Gabriel Ciello dérape : c'est la bavure, et la mise à pied immédiate. Pour l'exemple. Lassé des jeux hiérarchiques, incapable de tenir en place et soucieux de toujours subvenir aux besoins de sa famille, il reprend contact avec des amis d'enfance : des dealers notoires. Une immersion de l'autre côté du miroir, pour laquelle il se trouve être d'une redoutable efficacité. Des repères brouillés, des appuis qui s'estompent, un fragile équilibre porté à bout de bras, … Sur qui s'appuyer quand tout se disloque, si ce n'est sur sa conviction profonde de faire ce qui est juste et nécessaire ?
Entre sa relation conflictuelle avec ses supérieurs, sa vie de famille chancelante et la suspicion omniprésente de ses nouveaux partenaires, Gabriel tente de maintenir un cap qui le conduira des cités de la région parisienne au port du Havre, en empruntant quelques chemins forestiers
. "




Je remercie Jean-Philippe Agnese pour m’avoir permis de lire son roman. C’est avec un léger retard, je vous délivre enfin mon avis !
Malgré un scénario accrocheur, je n’ai pas su apprécier cette fiction dans sa globalité. Pourtant, il y a énormément d’action. Mais cela n’a pas suffi à maintenir mon intérêt.

Le lieutenant Gabriel Ciello se voit mettre à pied, après avoir raté une intervention à haut risque. Seulement, il ne peut guère rester à s’apitoyer sur son sort chez lui, alors que sa famille a besoin de lui pour subvenir à leur contrainte quotidienne.
C’est alors qu’il renoue contact avec des amis qu’il a perdus de vue, depuis fort longtemps. En effet, il s’agit de dealers qui sont mêlés à des affaires louches. L’ancien lieutenant qu’il était garde en lui ses pulsions, pourra-t-il vraiment collaborer avec des criminelles qu’il mettait jadis derrière les barreaux ? D’autant plus que sa famille commence à avoir des soupçons sur son nouveau « travail ».

Il est assez difficile pour moi d’évoquer les sentiments que m’a laissé cette lecture : d’une part, car je n’ai pas réussi m’immiscer au cœur de l’intrigue ; d’une autre part, car j’ai abandonné ma lecture. C’est une chose rare venant de ma personne, il faut bien l’avouer.
Concernant les personnages, je n’ai pas su m’attacher à eux. Pourquoi ? Je n’ai pas retrouvé la moindre émotion. Je n’ai même pas pu compatir au quotidien pénible de la vie de Gabriel et sa famille, de leurs tourments.
Pour moi, le point négatif provient du style d’écriture de l’auteur. En effet, la stylistique est entièrement basée sur le « descriptif » comme un scénario de cinéma. Nous ne connaissons donc pas l’état d’esprit des protagonistes, leurs sentiments ou encore découvrir leurs ambitions. On se retrouve ainsi à survoler l’histoire, sans attache émotionnelle. Mais connaissant rapidement la trajectoire professionnelle de l’auteur, je comprends un peu mieux ce choix.

La trame de l’histoire aurait pu être beaucoup plus intéressante, si tous les codes d’écriture d’un roman étaient omniprésents. Peut-être cela provient-il seulement de moi ? Je ne sais pas, mais c’est l’impression qui m’est restée au fil des pages tournées.  Je suis également très habituée à lire des romans écrit aux temps du « passé ». J’ai été très décontenancé par ce choix d’écriture.
Il ne s’agit là que de ma propre opinion, libre à vous de découvrir ce roman policier et de vous faire votre avis personnel.

En conclusion, « La toile d’Araignée » aurait pu être un très bon roman policier, mais la stylistique de l’auteur empêche l’immersion dans son récit. Je me suis vite désintéressée de l’histoire de Gabriel, malheureusement.
 





  GLOBALE : 5,5 / 10
ÉCRITURE : 4 /10
SCENARIO : 7 / 10
PERSONNAGES : 5 / 10
SUSPENS : 6 / 10







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire