mercredi 28 février 2018

Damné #2 - Le Fardeau de Lucifer





   GENRE : Fantastique / Historique
ÉDITION : Pocket
FORMAT : Papier
NOMBRES DE PAGES : 504
DATE DE PUBLICATION : 2010

DATE DE L’ÉDITION : 7 novembre 2013
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Hervé Gagnon
PRIX :8€20 (papier) / 9€99 (ebook)

 CHRONIQUE PRECEDENTE


http://skoldasybooks.blogspot.fr/2017/08/damne-1-lheritage-des-cathares.html








" 1210. Gondemar a découvert la véritable nature de la "Verité" dans le temple de l'Ordre des Neuf. Une révélation qui l'a profondément ébranlé. Mais, bientôt, il va devoir prendre la direction des Neuf et poursuivre sa mission. Car deux ordres distincts sont chargés de protéger chacun une part de la Vérité. Une seule personne, le Cancellarius Maximus, connaît l'emplacement des deux parts. Et lui seul décidera du moment où leur contenu sera réuni et dévoilé.
L'Eglise tremble sur ses fondations, et c'est du pays cathare que provient la menace. Pour elle, la Vérité est hérésie, et celui qui la révélera au monde, Lucifer..."



Coucou mes créatures !

Je viens vous donner mon avis concernant le second volet de la saga « Damné » d’Hervé Gagnon intitulé « Le Fardeau de Lucifer ».
Comme pour le tome précédent, j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette suite trépidante à souhait. Entre combats épiques, quête de la Vérité et trahison, cette saga a su me combler à tous les niveaux !

Nous revenons donc auprès de Gondemar de Rossal qui vient d’apprendre le contenu du parchemin que les cathares nomment « La Verité ». Il va devenir un membre actif des Neuf, d’autant que la part de la Vérité qu’ils sont censés protéger a disparu. Il va devoir mener l’enquête, car pour lui, c’est une question de salut.
Avec ses amis, il va alors tenter de retrouver la seconde part de la Vérité pour qu’elle soit totalement à l’abri de leurs ennemis, notamment l’impitoyable Simon de Montfort.  

Il y a dans « Le Fardeau de Lucifer », une grande évolution dans le personnage de Gondemar de Rossal. Face à la quête qui lui a été octroyée par Métatron, il est prêt à tout pour atteindre son but. Pourtant, il devient à nouveau un être nettement plus sensible, retrouvant petit à petit cette humanité qui semblait l’avoir déserté. Même si selon l’Archange, son comportement vis-à-vis des autres est une faiblesse qui l’empêche de mener à bien sa mission, Gondemar préfère choisir la voie de la bonté. Il vient en aide à plusieurs reprises à ses amis ou collègues. Il trouve un peu de repos et de tendresse dans les bras d’une jeune demoiselle, dont les sentiments se font de plus en plus forts. Il ne perd pas son objectif de vue, mais il essayait toujours de sauver autrui, quand il le peut !
Bertrand de Montbard est certainement le personnage que j’apprécie le plus dans cette histoire. Depuis le premier tome, ce grand homme plein de conviction qui ne vit que pour la foi qu’il a envers les templiers ne dévie aucunement de son but. Quand il apprend ce que contient la Vérité, il est également prêt à donner sa vie pour que cette dernière reste en lieu sûr, protégé pour qu’elle ne tombe pas aux mains des chrétiens.
Malgré son langage fleuri, son apparence dure, c’est un homme au grand cœur. La relation avec Gondemar s’est nettement améliorée, bien qu’il aime toujours lui donner des conseils pour qu’il continue sur le droit chemin.
On retrouve également notre chère Pernelle qui fait encore une fois preuve de courage et de volonté très déterminée. Elle est pleine de force et poursuit son combat, malgré les blessures passées. Elle reste l’indéfectible amie de Gondemar et cela, peu importe où le destin les conduit.
Nous faisons la connaissance de nouveaux personnages, notamment Cécile de Foix (Fille de Raymond Roger V et sœur de Roger Bernard). Ils sont à Toulouse où la ville se trouve en état de siège par Simon de Montfort. Une fois encore, Hervé Gagnon me surprend en faisant de ce personnage, une femme atypique pour son époque. Elle est forte, courageuse et sait se battre quand cela est nécessaire.
On retrouve les mêmes traits de caractère chez son frère Roger Bernard qui devient très vite ami avec Gondemar. Il est noble de cœur, fidèle à sa parole, et se bat avec ardeur. Il n’hésite pas à parler fort, bien que cela puisse décontenancer les personnes qu’il côtoie. 

Hervé Gagnon nous propose une guerre entre les croisés et les cathares de Toulouse tout aussi prodigieuse en détail que dans le tome précédent. J’aime pouvoir lire les tactiques entreprises par les protagonistes pour mener leur bataille à terme et succès.
Cette justesse nous place littéralement aux côtés des héros, comme-ci nous vivions ce combat avec eux. Les descriptions, les plans qui s’étalent sous nos yeux, nous offre une œuvre d’art vivante où l’on tente d’attraper la plus subtile note.
On pourrait également dire de l’auteur qu’il a un côté « féministe ». Toutes les femmes présentes dans sa saga possèdent un rôle majeur à jouer (Pernelle, Esclarmonde, Cécile). Contrairement à certains auteurs qui n’hésitent pas à mettre la femme dans un rôle de second plan, ils se contentent souvent de les cantonner au rôle de mère qui pouponne et prend soin de sa famille.
Ici, nous n’avons pas ce schéma typique pour un récit se posant au Moyen-âge ! Cela donne un côté plus ambitieux à sa fiction, prouvant que les capacités des femmes équivalent autant celles d’un homme. Juste pour ce point, je ne peux que tirer mon chapeau à M.Gagnon.

Je terminerai en disant que « Le Fardeau de Lucifer » est stupéfiant tout comme son prédécesseur. Un gros coup de cœur pour moi. Je vous conseille vivement de lire cette saga, si vous ne la connaissez pas ! Je pense que personne ne peut être déçu avec un tel roman. Le tome 3 m’attend sagement dans ma bibliothèque.








GLOBALE : 10 / 10
ÉCRITURE : 10 / 10
SCENARIO : 10 / 10
PERSONNAGES : 10 / 10
SUSPENS : 10 / 10

COUP DE CŒUR !











2 commentaires:

  1. Etrangement, ta chronique du tome 2 me donne envie de lire le premier tome haha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bah tant mieux si la saga t'intrigue lol. Elle en vaut vraiment le coup ;)

      Supprimer