mardi 26 août 2014

Hors de Portée







GENRE : Romance Contemporaine
ÉDITION : J'ai lu
COLLECTION : J'ai lu pour elle
NOMBRES DE PAGES : 478
DATE DE PUBLICATION : 4 juin 2014
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Georgia Caldera











" Sa spécialité ? Fuir toute relation. Et on peut dire que Scarlett est docteur ès "Disparition au petit matin". Inutile de lui parler relation sérieuse, confiance et stabilité, elle en est incapable. Si investissement il y a, c'est dans la société de décoration d'intérieur qu'elle vient de créer avec sa cousine, ancienne mannequin déjantée, et qui lui prend le plus clair de son temps. Pourtant, face à son nouveau client, le très entêté et séduisant M. Mufle-Connard, plus connu sous le nom d'Aidan Stern, le savoir de Scarlett ne lui sera d'aucun secours. Mais parviendra-t-il vraiment à guérir les blessures du passé ? "









« Hors de portée » est une romance contemporaine écrit par Georgia Caldera. Je m’étais penchée avec un grand plaisir sur sa saga fantastique « Les larmes rouges », dont l’histoire d’amour entre Cornélia et Henri est finalement assez proche avec celle de « Hors de portée ».
Bien qu’au premier regard, les personnages ressemble à s’y méprendre à ce genre de littérature. Un homme d’affaire qui s’entiche d’une femme naïve…
J’avoue qu’habituellement, je ne lis pas ce genre de roman détestant la forme et le caractère fade des personnages.
Mais ici, on retrouve comme dans sa saga fantastique, un homme torturé, Aidan Stern. Un homme abîmé avec le temps à cause d’un passé trop lourd subit dès son plus jeune âge. De l’autre côté, nous avons le cliché de la femme amoureuse et naïve, Scarlett. Bien que son passé la pousse à fuir les hommes, on comprend que sa crainte à l’attachement vient suite à un accident majeur succédant à sa rupture de son premier amour.
Pour Aidan, malgré le fait qu’il soit fou amoureux de Scarlett, sa vengeance envers sa famille pourrait lui faire perdre, la femme de sa vie.
Il y a donc beaucoup de quiproquos entre les amants, qui préfèrent garder leurs sentiments en eux. Aidan se cache derrière un masque d’arrogance, tandis que Scarlett préfère tout simplement ignorer et effacer ses souvenirs de l’homme qui l’a jadis blessée. La phrase « Si tu me suis, je te fuis » résume parfaitement le roman.
En ce qui concerne les personnages secondaires, ils sont assez flous et peu travaillé. Une chose que je regrette un peu, car le personnage de Louise m’intéressait beaucoup. Même si elle s’intéresse à un homme, on ne sait pas vraiment ce qui advient des deux à la fin du récit.
Les autres sont au final que des figurants.
Le style d’écriture de l’auteure est au début quelques peu brouillon, trop familier. Moi qui étais trop habitué à son style d’écriture plus sophistiquée, travaillé dans « les larmes rouges ». Mais dans les chapitres suivants, le style devient plus fluide et on se laisse porter facilement.
Pour résumer, c’est certes une romance, mais avec un passé sombre et douloureux pour les héros de l’histoire. C’est ce fait qui rend le roman intéressant, tellement qu’on a du mal à reposer le livre. Georgia Caldera a comme toujours une plume faite pour nous entraîner dans son univers, peu importe que ce soit des vampires ou la vie réelle. Le fait qu’elle passe d’un univers totalement imaginaire à la réalité, m’impressionne encore plus sur le talent de cette auteure !
Je vous invite donc à lire les premières pages du premier tome de « Victorian Fantasy : Dentelle et Nécromancie » qui paraîtra le 10 septembre prochain.







GLOBALE : 7 / 10
ECRITURE : 7 / 10
SCENARIO : 6 / 10
PERSONNAGES : 8 / 10
SUSPENS : 6 / 10






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire