lundi 13 octobre 2014

Victorian Fantasy #1 - Dentelle et Nécromancie








GENRE : Science Fantasy / Romance
ÉDITION : J'ai lu
COLLECTION : j'ai lu pour elle
NOMBRES DE PAGES : 541
PARUTION : 10 septembre 2014
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Georgia Caldera



CHRONIQUES DES "LARMES ROUGES"

http://skoldasybooks.blogspot.fr/2014/04/les-larmes-rouges-1-reminiscences.html  http://skoldasybooks.blogspot.fr/2014/07/les-larmes-rouges-2-deliquescences.html
 








" D'aussi loin que remontent ses souvenirs, Andraste, issue d'une longue lignée de sorcières, vit dissimulée aux yeux de monde. Son univers restreint ressemble à s'y méprendre à une cage dorée, elle qui ne rêve que de s'envoler. C'est alors qu'une invitation de la main même de la Reine vient bousculer les plans de sa grand-mère qui dirige la famille d'une main de fer. et une requête royale ne se refuse pas...à moins de souhaiter perdre la tête.
Sa découverte du monde commence, à mille lieues de ce qu'elle imaginait. La cour est pleine de dangers, de rumeurs et de règles qu'elle ne maîtrise pas.
Mais sa plus grande erreur est de succomber au regard aussi noir que la nuit de lord Thadeus Blackmorgan... "






La lecture de ce premier tome « Dentelle & nécromancie » m’a laissée quelque peu mitigée sur le roman dans son ensemble.
En effet, dans un premier temps, nous découvrons un univers très riche dont l’imagination de Georgia Caldera me fascine toujours autant ! Nous nous retrouvons donc dans un Londres victorien avec en touche de fond, un côté steampunk. Bien que les premiers abords de la métamagie et des animécaniques me déconcertent dans cet univers particulier, je me suis vite plongée et assimilée à ce monde. Malgré tout, cet univers est très peu exploité dans le roman. J’aimerais vraiment en découvrir plus dans les prochains tomes !
Ensuite, concernant les personnages. Nous avons tout d’abord Andraste Coldfield, une jeune sorcière (nous ne savons pas vraiment son âge) qui est séquestré par sa grand-mère pour la protéger soi-disant « contre sa maladie » mais il s’agit plutôt de ses origines particulières. Une jeune fille aux cheveux blancs et aux iris mauves qui déconcerte le monde qu’elle rencontrera dans le palais de la Reine Victoria. Nous comprenons donc vite que c’est une jeune fille particulière qui ne connaît pas grand-chose à la société et ses subtilités. Vendu par sa grand-mère à un Ilandrien, un ennemi du royaume dès sa naissance, la jeune femme tentera tout pour se soustraire à son « fiancé ».
Puis, il y a Thadeus Blackmorgan duc et professeur de nécromancie que la jeune femme rencontrera dans le palais. Leur rencontre est d’ailleurs très particulière est m'a même dérangée sur l’aspect de la jeune femme qui est « jeune et innocente » donc vierge et s’offre aussi facilement à un homme ? C’est un peu tiré par les cheveux et exagérée, personnellement cela m’a beaucoup dérangée, tant la chose n’est pas crédible du tout. Bref, le duc Blackmorgan est un homme arrogant, mais sous ce masque on devine de grandes souffrances. Après tout, Georgia Caldera adore les personnages torturés et ne déroge donc pas à cette fameuse règle. D’ailleurs contrairement à ses autres romans, Thadeus est l’homme le plus exécrable qu’elle a pu créer tant son comportement horripilerai n’importe quelle personne. Mais on comprend avec son passé que certains traits de son caractère sont nés de sa tragédie. Mais pourquoi faire de la relation Andraste/Thadeus quelque chose d’aussi sombre et malsain ? Personnellement, je n’apprécie que moyennement. Contrairement aux « Larmes rouges » ou même dans « Hors de portée », l’auteure n’avait jamais été aussi loin. Thadeus fait preuve d’abus moral pour obtenir tout ce qu’il désire de la jeune fille, mais en plus, fait preuve de violence envers la jeune femme est une chose de trop pour moi. Cette pression morale sur elle l’a rend malléable à souhait, c'est un abus sur la femme. J’étais donc soulagée vers la fin du roman de voir ce que cette tendance change de position ! Je ne lirai pas la suite si cette relation « malsaine » avait continué dans ce sens. Personnellement pour le fameux début de «romance » n’en était pas une, confondre le désir et l’amour ne fait pas parti de mes principes.
Les autres personnages secondaires sont très peu travaillés, j’aurais aimé en découvrir un peu plus le capitaine Brighton par exemple ou même les sœurs d’Andraste, pareil pour les frères de Thadeus.
J’ai particulièrement aimé la première esquisse du portrait de la Reine Victoria dite « l’éternelle ». Nous savons donc qu’elle a eu recours à la magie pour vivre ainsi pendant des siècles, mais de quelle manière ? Là est toute la question ! Et j’ai hâte de le découvrir dans le prochain tome. J’espère que son fils Augustin aura également un plus grand rôle dans le second tome, que de jouer les coureurs de jupons. Enfin, j’ai particulièrement aimé la bataille à la fin du roman qui était très prenante. D’ailleurs, c’est lors de cette bataille que les pouvoirs d’Andraste changent enfin et qu’elle devienne vraiment intéressante d’un point de vue « magique ». Il y a certes beaucoup de perte, mais comme on n’a pas eu vraiment le temps de s’attacher aux personnages, ce n’est pas vraiment dérangeant.
D’un point de vue de l’écriture, comme toujours Georgia Caldera excelle dans ce domaine. Sa plume est fluide et le vocabulaire toujours très enrichit ! Même si l’ensemble du roman m’a déçue, la fin c’est pas mal rattrapée. J’ai bien envie de lire la suite et de découvrir comment l’histoire va évoluer, j'espère vraiment en positif.



GLOBALE : 7 / 10
ECRITURE : 10 / 10
SCENARIO : 7 /10
PERSONNAGES : 5 / 10
SUSPENS : 6 / 10










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire