samedi 30 mai 2015

Le manuscrit proscrit de Nur-Jahan



GENRE : Romance
ÉDITION : J'ai lu
NOMBRES DE PAGES : 471
DATE DE PARUTION : 18 mars 2015
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Cécilia Correia




Cécilia Correia est illustratrice et Infirmière, originaire de Toulouse.
Artiste dans l’âme, elle se passionne depuis qu’elle est petite pour le dessin, l’aquarelle.
Elle est également illustratrice 2D/3D en freelance.
La richesse de ses songes l’a conduit à prendre la plume et faire naître son héroïne, "Aliette Renoir", première chasseuse de vampires de l’histoire.
Elle est également l’auteur du roman fantastique "La guilde de Nod". Elle nous offre aujourd’hui avec "Le manuscrit proscrit de Nur Jahan" une romance d’aventures au cœur de l’Inde coloniale.




 


" Dorsetshire, 25 octobre 1836,

Les mots me manquent pour exprimer mon ressenti en reprenant, moins d'un an après mon retour en Angleterre, les annotations diverses effectuées au cours de mon expédition en Inde. Quiconque viendrait à les lire pourrait penser à tort que la raison m'a abandonnée. Que le Ciel m'en soit témoin, ce n'est point le cas.

C'est avec une appréhension certaine que je me replonge dans cette aventure, là où tout a commencé, non loin du Cap des Aiguilles, alors que la fureur d'une terrible tempête était sur le point de s'abattre sur notre vaisseau..."






En lisant « Le manuscrit proscrit de Nur Jahan », je me souviens pourquoi, je ne lis pratiquement pas de romance. Malheureusement, ce roman ne m’a pas réconcilié avec ce type de littérature.
Je vais tout de même commencer par le côté positif de cette œuvre. L’histoire de Judith Guilty nous emmène sur les terres de l’Inde colonisé par les Anglais. On découvre alors des somptueux décors et qui nous fait voyager à travers son histoire. L’auteur s’inspire de faits historique de l’impératrice Nur Jahan. L’histoire aurait pu être vraiment intéressante, mais totalement bâclé par cette fameuse histoire d’amour qui m’a profondément agacé.

Judith Guilty est une jeune femme au tempérament vif et qui pour son époque fait preuve de beaucoup d’opposition. J’aime beaucoup ce type de personnages féminin, mais quand elle devient totalement sotte face à un homme, je n’apprécie que moyennement. Pourquoi dans les romances, les femmes deviennent toujours aussi puériles et qui ne pense qu’au « dit » homme. Cet aspect des choses n’est pas réaliste, les femmes peuvent être « amoureuse » mais pas au dépend de leur caractère et de changer profondément qui elles sont ! Surtout que l’auteur fait de son personnage, quelqu’un d’indépendante et qui n’obéit à aucune règle. Certes, elle s’oppose constamment au maharajah Devak, mais le fil de ses pensées lui est entièrement dédié. Il n’y a pas un seul jour, où elle est obnubilée par sa personne et les « je t’aime moi non plus », ont eu très vite raison de ma patience. Il n’y a pas un seul chapitre où leurs ébats ne viennent pas s’immiscer et qui en plus la jeune femme trouve le moyen d’être encore honteuse de tout cela.

Une partie qui est aurait pu être développé et qui était très intéressante est le côté naturaliste des personnages de son oncle Graham et Judith. Seulement, l’auteur a eu très vite fait de laisser cela de côté pour nous décrire à chaque fois la magnificence de ce cher maharajah ! Personnellement, j’aurais préféré découvrir d’un œil scientifique la découverte des espèces sauvages et exotiques. Encore un point non abouti.
L’idée de se servir de faits historiques est vraiment excellente, mais quand la trame de l’histoire est totalement mise de côté par l’histoire d’amour cela m’exaspère encore plus ! Sachant que ce point est vraiment très intéressant, il a encore une fois été mal exploité. Il m’a fallu attendre la fin du roman pour être prise par le suspens, surtout que ce petit point « fantastique » aurait pu apporter beaucoup plus à ce roman.
Sur le point de vue de l’écriture, c’est très bien écrit mais on ne se retrouve pas dans une écriture qui pourrait coller à l’époque du XIXème siècle. Certains auteurs arrivent très bien à amener les deux, mais ici ce n’est pas le cas. L’écriture est fluide, mais peut-être trop simpliste à mon goût. Les dialogues entre les personnages ne sont pas vraiment respectés par rapport à l’aristocratie anglaise et encore moins face à un maharajah !

En conclusion, ce fut une lecture mitigée pour moi, même si la base de l’histoire est très bien, cela ne relève aucunement le roman dans son ensemble. Bien que la plupart des lecteurs aient trouvé ce roman fascinant, voir un coup de cœur, ce ne fut pas mon cas. Il y a eu  trop d’erreurs commises pour que j’apprécie cette histoire. Je pense laisser les romances de côté, car ce n’est définitivement pas pour moi. Bien que dans la fantasy cela me dérange aucunement vu qu’il y a une trame principale et de l’action que l’on respecte.

Je vais donc terminer ma lecture du « Trône de fer » et certainement entamé le tome 2 de « Resident Evil ». Un peu de zombies me feront du bien !







GLOBALE : 4 / 10
ECRITURE : 6 / 10
SCENARIO : 5 /10
PERSONNAGES : 2 /10
SUSPENS : 3 /10




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire