samedi 15 octobre 2016

Coeur de lapin




Couverture Coeur de lapin 

 GENRE : Policier / Thriller
ÉDITION : Robert Laffont
COLLECTION : La Bête Noire
NOMBRES DE PAGES : 350
PUBLIE EN : 2015 (Allemagne)
DATE DE L’ÉDITION : 14 janvier 2016
LANGUE D'ORIGINE : Allemand
TITRE ORIGINAL : Kaninchenherz
AUTEUR : Annette Wieners
TRADUCTION : Lucie Roignant
PRIX : 20€





 Annette Wieners est née à Paderborn et a travaillé comme scénariste pour les grandes chaînes de télévision allemandes ARD, ZDF et WDR. Cœur de lapin est son premier roman policier et le premier opus d'une série. Écrivain, journaliste, elle vit à Cologne.








IL EST DES SECRETS DE FAMILLE PLUS MORTELS QU'UN POISON



" Elle était l'une des meilleures à la brigade criminelle. Aujourd'hui, Gesine Gordes s'occupe des fleurs dans un cimetière, immense, à la périphérie d'une grande ville allemande.
Un matin sans histoire, elle comprend que les couronnes mortuaires déposées à la chapelle par ses soins sont destinées aux obsèques de sa propre soeur, Mareike. Les deux femmes ne s'étaient pas vues depuis que Philipp, le petit garçon de Gesine, a perdu la vie dans des circonstances troubles. Si Mareike lui apparaît toujours comme la responsable du drame, sa disparition mystérieuse se met à hanter Gesine.
La police, qui privilégie l'hypothèse du suicide, risque de classer l'affaire sans suite, comme pour Philipp. Peut-être Gesine a-t-elle renoncé à la vérité depuis trop longtemps ? Cette fois, il lui faudra mener à bien cette enquête et se confronter au passé...




« Cœur de lapin » est un thriller où le suspens prédomine tout le long du récit. Seulement, la fin du roman m’a totalement laissé de marbre.
Pourtant le début était très prometteur :

                Gesine Gordes ancienne policière vit désormais en marge de la société dans un camping-car au milieu des champs, suite à la mort accidentelle de son fils, Philip âgé de 3 ans. Gesine accusa sa sœur de meurtre. Dix ans plus tard, elle travaille donc pour des pompes funèbres. Tentant d’oublier sa vie d’avant, Gesine va pourtant voir son quotidien bouleversé, quand elle se doit de préparer la chapelle pour l’enterrement de sa sœur Mareike. La mort de cette dernière va faire surgir sa douleur enfuie du passé concernant la disparition de son fils. Mais si la mort de Mereike et Philip était liée d’une quelconque façon ? C’est ce que Gesine va devoir tenter de prouver pour effacer les soupçons qui pèsent sur elle... 

                Gesine Gordes, ancienne policière en Allemagne, est très intéressante. La douleur engendrée par la mort de son petit garçon va briser tout son univers. Pour tenter d’oublier, elle quitte son mari et sa vie entière pour travailler dans les pompes funèbres, restant ainsi proche de la tombe de son fils, qu’elle a gardé secret. Au fil des pages, la douleur de Gesine est tellement palpable, que nous pauvres lecteurs, souffrons avec elle. Mort par empoisonnement dû à une plante toxique, Gesine est devenu obnubilé par les plantes. Elle tient un carnet qu’elle garde précieusement avec elle. Tantôt, nous la retrouvons à fleur de peau, puis totalement hermétique à son entourage, surtout avec sa famille. Bien que le pseudo-suicide de sœur va de nouveau soulever de nombreuses questions, pourquoi Mareike voulait-elle tant revoir sa sœur ?
Gesine a un autre problème de taille, c’est la présence de ses nièces. Ces dernières vont pourtant devenir peu à peu une bouffée d’oxygène pour cette mère éplorée.
                On retrouve ensuite l’enquêtrice Marina Olbert. Elle est chargée de la mort suspecte de Mareike. Évidemment, les éléments qu’elle recueille sur la scène de crime vont la diriger vers Gesine. A-t-elle vraiment tué sa sœur pour se venger de la mort de son petit garçon ? Marina n’y croit pas tellement et commence à soupçonner l’étrange famille de Gesine. Ils cachent tous un secret, mais quel est-il réellement ? Cette inspectrice est très intelligente et j’ai aimé découvrir le fil de ses pensées tout le long de son enquête.
                On comprend petit à petit où son raisonnement nous entraîne. C’est pourquoi lorsqu’on découvre le coupable, nous ne sommes aucunement surpris. Tout était prévu ! Même si divers éléments tentaient de semer le trouble dans notre esprit, la finalité est simple, trop simple à mon goût.
Pourquoi avoir échafaudé un tel plan pour une broutille ? On se dit alors que le criminel doit être atteint d’une quelconque psychose, mais ce n’est pas le cas. J’ai donc été totalement abasourdi par la fin de ce récit et tellement déçue. On se dit alors : « Tout cela pour si peu ?". Vraiment, il n’y a pas de sens pour cette fin. 

                Concernant l’écriture d’Annette Wieners, il est très appliqué, très riche en détails. L’immersion dans ce thriller se fait aisément, à tel point qu’on a l’impression de courir aux côtés de l’héroïne. Malgré une fin désastreuse, le suspens que l’auteure a instillé tout le long de son roman a de quoi nous tenir en haleine. 

                En conclusion, « Cœur de lapin » est un thriller sans grande frayeur, mais donc le style de l’auteur arrive à retenir notre intérêt jusqu’à la dernière page. Le suspens est très présent, mais la fin choisie n’est pas un choix très judicieux. Pour moi, il s’agit d’une incohésion qui ne méritait pas tout ce remue-ménage. Apparemment, il s’agit du premier tome d’une saga. J’espère que la suite promet d’être nettement plus intéressante dans ce cas.






GLOBALE : 7 / 10
ÉCRITURE : 9 / 10
SCENARIO : 5 / 10
PERSONNAGES : 7 / 10
SUSPENS : 8 / 10










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire